La famille

Les mots clés:

Famille: groupe de personnes liées entre elles par le mariage, le concubinage, la filiation ou l’adoption, dont les liens sont basés sur des sentiments de confiance, de soutien mutuel et de destin commun.

Filiation: lien de parenté unissant l’enfant à ses parents et qui lui confère une identité, un lien juridique qui unit l’enfant à ceux dont il est issu.

Adoption: acte juridique établissant, entre l’adoptant et l’adopté, des relations de droit analogues à celles qui résultent de la filiation.

Parentalité: ensemble des droits et des devoirs consacrant l’état des parents responsables de la protection et de l’éducation de leur enfant.

Autorité parentale: droit de contrainte des parents sur l’enfant.

Mariage: union légitime de deux personnes, acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux un union.

La loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe a été promulguée et publiée au Journal officiel le 18 mai 2013.

 Pacte civil de solidarité (PACS): contrat signé entre deux personnes non mariées (concubins) désirant mener vie commune.

  Divorce: séparation d’intérêts et/ou de sentiments.

 Prestations familiales: aides sociales à caractère familial versées par les Caisses d’allocations familiales (CAF) en fonction de la politique familiale.

La famille est la base de notre société et donc souvent un enjeu politique. Pour certains, elle est bonne, car elle assure la transmission des valeurs traditionnelles , pour d’autres elle est néfaste car elle perpétue la transmission des inégalités sociales. Elle peut donc représenter un lieu d’épanouissement comme un lieu d’étouffement.

Gide : « Famille, je vous hais » Les nourritures terrestres.

2014/11/21b0d__129511512014/11/21b0d__12951151

Définitions:

Pour le sociologue, le terme famille désigne des gens « liés par le sang et essentiellement alliés » : on parle alors de famille au sens large ou « un groupe de gens qui vivent dans un même foyer, généralement les parents et les enfants » on parle alors de famille restreinte.

Pour le statisticien, la famille correspond à un groupe d’au moins deux personnes vivant dans un même foyer alors qu’un ménage correspond aux occupants d’un logement (ce peut être une personne seule)

Descriptif

Les fonctions de la famille :

Une fonction de reproduction

Elle était primordiale quand la production de biens était nécessaire à la survie. Aujourd’hui elle ne joue plus qu’un rôle mineur.

Une fonction de protection

Les parents sont responsables de la garde et de l’entretien des enfants, c’est à dire qu’ils doivent subvenir à leurs besoins essentiels. Ils doivent assurer un équilibre psychologique grâce à la qualité des relations avec eux et au sein du couple.

L’entraide générationnelle, contrairement à ce qui est trop souvent dit, reste vivace et multiforme, s’exerçant des plus jeunes aux plus âgés devenus dépendants (soins, aide domestique, hébergement), mais aussi en sens inverse (aides financières, hébergement, garde de petits enfants).

Une fonction de socialisation

C’est la famille qui socialise l’enfant et permet donc sa bonne intégration dans la société en lui faisant acquérir, grâce à l’éducation, les normes de pensée et de comportement propres à notre culture, et en lui transmettant un capital culturel, c’est à dire des connaissances, au travers de discussions, d’activités communes et d’habitudes.

Une fonction économique

La famille, du fait de la hausse du travail féminin, est de moins en moins productrice de biens alors qu’on y consomme de plus en plus.

Le nouveau visage de la famille:

Les mutations

La famille a beaucoup évolué en quelques décennies.

On se marie de moins en moins et de plus en plus tard

La natalité reprend on fait des bébés de plus en plus tard

Les naissances hors mariage sont devenues majoritaires

La famille devient « nucléaire », souvent réduite au père , la mère et à leurs enfants ( éloignement géographique très fréquent)

Les relations familiales se modifient :

  • la mère travaille, le plus souvent ce qui lui permet d’avoir une certaine autonomie et de contribuer aux charges financières du ménage

  • l’homme participe de plus en plus aux tâches ménagères t à l’éducation des enfants

  • l’éducation est plus permissive, avec une plus grande autonomie de chacun, et la famille est plus ouverte aux autres.

Les unions sont plus fragiles puisque les divorces concernent 44% des mariages et touchent toutes les classes sociales. Le divorce par consentement mutuel progresse au détriment du divorce pour faute.

Leurs conséquences

Il n’y a plus aujourd’hui un modèle unique de famille mais des modèles familiaux.

La famille traditionnelle ou nucléaire: reste un modèle dominant. Les deux parents se sont mariés souvent après une période de cohabitation, parfois même lors de la naissance de leur premier enfant. Ils ont eu, assez tardivement 1 ou 2 enfants. Tous deux travaillent le plus souvent.

famille monoparentale: se compose d’un parent, le plus souvent d’une mère élevant seule un ou plusieurs enfants sont 2 fois plus nombreuses qu’il y a 20 ans

Les familles recomposées: est constitués d’un parent, de son nouveau conjoint et des enfants nés d’une précédente union elles se multiplient du fait du remariage fréquent de parents divorcés.

Les couples vivant en union libre: avec ou sans enfant sont près de 5 millions

Les familles homoparentales: composée de deux personnes de même sexe avec un ou des enfants. représentent moins de 1% des couples

Les enfants souffrent:

La garde des enfants est confiée à l’un des parents (sauf garde alternée), la mère le plus souvent, l’autre conservant un droit de visite et d’hébergement. Si les deux époux sont d’accord, ils exercent conjointement l’autorité parentale.

La plupart des enfants souffrent du divorce de leurs parents et présentent parfois certains troubles : anxiété, insomnie, repli sur soi, échec scolaire, ou plus rarement, alcoolisme, délinquance, toxicomanie, suicide.

Les craintes que suscite le divorce sont toutefois à relativiser : la souffrance s’estompe avec le temps, certains enfants vivent le divorce comme soulagement, d’autres y gagnent en autonomie ou en sur investissement scolaire.

Les familles monoparentales sont souvent en difficultés:

Après un divorce, les mieux dotés économiquement et culturellement réorganisent facilement leur vie matérielle (entraide familiale, emploi bien rémunéré), mais pour d’autres, monoparentalité est synonyme de précarité ou de pauvreté.

Des familles qui n’assument pas toujours leur rôle éducatif

De plus en plus de familles délèguent leur fonction éducative à la crèche ou à l’école. Elles ne donnent pas à leurs enfants de limites, ne leur apprennent plus l’intérêt du respect de la loi pour la vie en collectivité et cela pour plusieurs raisons:

  • des familles déstabilisées par un divorce ou un remariage

  • l’absence ou la démission de nombreux pères ; une image dévalorisée de certains d’entre eux : alcoolisme, chômage

  • des parents surchargés par leur travail ou leurs problèmes économiques

  • les difficultés que rencontrent certaines familles étrangères pour se situer entre leurs coutumes et les normes françaises ;

  • un sur investissement dans l’enfant (enfant roi), à qui l’on interdit plus rien.

Une augmentation du coup de l’enfant

L’enfant «coûte» cher à ses parents (entretien, loisirs, études) et à l’État (prestations familiales, modes de garde, écoles,….

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.