Désengorger les urgences : nouveau dispositif dans 150 établissements

La situation dans les services d’urgences « n’est pas satisfaisante. Nous voyons tous trop souvent des brancards dans les couloirs, du personnel qui est débordé », a expliqué Marisol Touraine qui mise sur la création « de postes de gestionnaires de lits d’aval » et d’un nouveau dispositif de gestion des lits dans 150 établissements.

urgences-250x166 (1)Il s‘agit de « mobiliser l’ensemble de l’hôpital et non les seuls services d’urgence », affirme la ministre de la Santé, en visite à l’hôpital Saint-Joseph à Paris, le 26 avril.

Exemple : à l’hôpital Saint-Joseph quatre personnes, sont spécialisées dans l’orientation des patients après leur passage aux urgences et recensent les places disponibles dans les services pour les accueillir, en fonction des entrées et des sorties.

Les 150 établissements prioritaires seront ciblés par les ARS et le déploiement « sera achevé d’ici 18 mois au plus tard », espère Marisol Touraine. Ces établissements seront accompagnés par l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) pour la mise en place de ce programme.

Création de postes ou restructurations en interne ?  Cela sera « au cas par cas », indique la ministre de la Santé qui estime que les économies qui seront faites d’un côté, grâce à ce système de gestion des lits, «  permettront de financer les investissements nécessaires ».

Le ministère espère ainsi réduire à la fois, les délais d’admission, le nombre de lits inoccupés, les reports d’interventions programmées et le temps passé à chercher des lits. Un casse-tête que n’ont pas solutionné les précédents plans de gestion des urgences.

Claire Dubois


Toute l’actualité infirmière avec Actusoins

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.