OBÉSITÉ: Et si elle commençait avec la salive? – Nature Genetics

Cette étude du King College de Londres révèle un lien important entre le risque d’obésité et un gène très particulier, qui code pour une enzyme de dégradation des glucides, l’amylase salivaire. Ainsi les personnes « démunies » en copies de ce gène codant auraient un risque accru d’obésité. Ces conclusions, publiées dans Nature Genetics, suggèrent, en cas de surpoids ou d’obésité, de personnaliser les conseils diététiques en fonction de la prédisposition génétique et des enzymes de digestion du patient.
Santelog.com, la communauté des professionnels de santé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.