SCHIZOPHRÉNIE: Identification d’un gène muté qui déforme les neurones – Molecular Psychiatry

Cette étude de la Johns Hopkins qui établit le lien entre une mutation génétique rare, des anomalies cérébrales et la schizophrénie chez une famille avec un taux élevé de schizophrénie, apporte des éléments de preuve supplémentaires du rôle joué par les gènes anormaux dans le développement de la maladie. Ici, il s’agit du gène NPAS3 qui régule le développement des neurones sains, en particulier dans l’hippocampe, une zone affectée dans la schizophrénie. Les conclusions sont présentées dans l’édition du 23 janvier de la revue Molecular Psychiatry.
Santelog.com, la communauté des professionnels de santé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.