Cette étude californienne, publiée dans la revue Emotion de l’American Psychological Association nous rappelle que les grandes émotions que nous pouvons ressentir en pleine nature face à des paysages grandioses, ou encore face à une œuvre d’art, sont aussi d’excellents anti-inflammatoires. Pour preuve, ces émotions ou « affect positif » vont faire chuter les cytokines des marqueurs d’inflammation associés à de nombreuses maladies. Un rappel donc sur l’importance de « vivre » de telles situations et faire l’expérience de ces émotions pour des bénéfices directs sur la santé et l’espérance de vie.
Santelog.com, la communauté des professionnels de santé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.