L’enfant avec un autisme et l’animal dans un lien signifiant : des possibilités d’interventions thérapeutiques

Cet article s’intéresse à la relation enfant/animal en général et à la relation de l’enfant autiste/animal en particulier. Pour l’enfant autiste l’animal apparait comme un partenaire privilégié et peut contribuer à améliorer son développement.

Catégorie : Article

Auteur : Marie Maurer

Support : La Psychiatrie de l’enfant

Editeur : P.U.F.

Date : 2011

Pagination : 575 à 609

Résumé :

Le lien avec l’animal se construit précocement au cours du développement de l’enfant. Il présente certaines caractéristiques qui le différencient d’une relation avec un être humain. Ainsi si l’animal fait, également, preuve de contingence, son comportement est plus prévisible et moins complexe que celui d’un humain. L’enfant peut mettre en signification l’animal : lui donner du sens. D’autre part, la communication avec l’animal s’effectue, davantage, sur un mode non verbal et implique, de façon privilégiée, la modalité tactile. Ces spécificités en font un partenaire plus accessible pour l’enfant sans trouble de développement et constituent de réels atouts dans un travail de type thérapeutique auprès d’enfants atteints d’autisme. En effet, l’autisme se caractérise par des difficultés interactionnelles et communicatives qui pourraient être améliorées suite à un contact structuré avec l’animal. Cet article a donc pour objectif de faire le point sur les principaux arguments théoriques qui font de l’animal un partenaire singulier pour l’enfant en général et pour l’enfant avec un autisme en particulier.

Consulter l’article sur Cairn

Ministère des Affaires sociales et de la Santé – www.sante.gouv.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.