C’est un langage de programmation des processus de biologie moléculaire qui va prévoir comment les molécules d’ADN vont interagir entre elles aussi bien dans un tube à essai, dans le cas d’un mélange chimique, ou au niveau cellulaire, comme dans l’organisme, qui vient d’être développé par ces scientifiques de l’Université de Washington. Grâce à ce programme, présenté dans la revue Nature Nanotechnology, les chimistes pourraient concevoir des molécules de synthèse qui se comportent comme des composés biologiques pour soutenir les fonctions naturelles du corps ou pallier à leur dysfonctionnement.
Santelog.com, la communauté des professionnels de santé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.