En 2013, le CHU a poursuivi l’amélioration de la situation financière. Pour la quatrième année consécutive, il a consolidé le redressement de son budget d’exploitation et réduit son déficit qui s’élève, hors aides exceptionnelles à 8,1 millions d’euros alors qu’il atteignait 13,5 millions en 2012 et 42,2 millions en 2009.
La confiance de la population
« Ce redressement témoigne des efforts et de l’implication des personnels de l’établissement, en matière de maîtrise des dépenses. Il témoigne aussi de la mobilisation des services pour relancer l’activité du CHU avec, après 3 années de faible croissance, une augmentation de 1,7% du nombre des hospitalisations et de 4,4% des consultations externes. De bons scores qui attestent la confiance accordée par la population aux professionnels du CHU, dans toutes les disciplines et plus particulièrement en obstétrique, en chirurgie vasculaire, pédiatrique, cardiaque, urologique et ORL, en hépato-gastro-entérologie et en médecine gériatrique et polyvalente, et accentué sa part de chirurgie ambulatoire avec l’ouverture d’une unité dédiée.Cette progression fait passer le CHU de Caen de la 26ème à la 7ème place sur 32 en terme de dynamisme d’activité.

Les efforts ont également porté sur la qualité et l’exhaustivité du codage puisque pour la première fois, la valeur financière des séjours progresse plus vite (+3%) que le volume des séjours.
Ainsi, après une phase de réductions importantes de moyens en 2010 et 2011, l’évolution d’activité devient en 2013 le principal facteur d’amélioration du résultat.
Dans le même sens, le lien avec les établissements de la région s’est resserré, à travers des coopérations fructueuses avec les centres hospitaliers de référence, comme les CH d’Alençon, de Lisieux ou de Cherbourg, qui ont pu ainsi stabiliser leur offre de soins en cardiologie, pneumologie, chirurgie vasculaire, neurochirurgie, chirurgie digestive ou ORL.

La situation financière de l’établissement reste cependant particulièrement difficile et justifie la poursuite des efforts en termes de rigueur de gestion ou de réorganisations. En effet, le déficit cumulé du CHU et le retrait des banques pour le recours aux emprunts ont généré en 2013 des ruptures importantes sur la trésorerie, qui n’ont pu être évitées que grâce à une aide exceptionnelle de l’Etat de 48,25 millions d’euros, succédant elle-même à une aide de 23 millions d’euros en 2012.
Ainsi, en intégrant l’aide exceptionnelle, le résultat comptable se caractérise par un excédent de 40,1 millions d’euros. Cette aide, d’un montant gigantesque mais à la mesure du besoin, illustre à la fois la fragilité des finances du CHU et l’engagement concret et résolu des pouvoirs publics dans le soutien à l’établissement.

La direction générale encourage la poursuite du redressement financier « pour que le CHU trouve par ses propres moyens la possibilité de réduire sa dépendance et de financer ses investissements ». L’année 2014 se traduira notamment par un travail sur la structuration en lits de l’établissement pour l’adapter aux besoins réels de la population et développer l’hospitalisation de semaine et ambulatoire, contribuant ainsi à la modernisation du CHU et à l’assainissement de sa situation financière.
La certification par la Haute Autorité de Santé
Suite à la visite des experts-visiteurs réalisée en septembre 2013, la Haute Autorité en Santé a décidé, lors de sa séance du 5 février 2014, de prononcer la Certification du CHU de Caen. Le Collège de la HAS "a pu constater, avec satisfaction, la mise en œuvre d’un nombre important d’actions d’amélioration", l’établissement ayant "su démontrer sa mobilisation et prendre des décisions importantes". La visite a mis en évidence "une implication importante des professionnels en termes de gestion des risques et des améliorations significatives sur les pratiques et les organisations".

Cette certification est assortie de 4 réserves compte tenu de "la persistance de problématiques principalement liées aux infrastructures et aux bâtiments". Ces réserves portent sur la gestion des équipements et infrastructures, la qualité de l’air, la sécurité des biens et personnes et la gestion des déchets. A ce sujet, le Ministère a financé le lancement des études de programmation de la reconstruction du CHU.

Des réserves ont été transformées en simples recommandations sur les blocs opératoires, le programme d’amélioration de la qualité et la gestion des événements indésirables ou ont été levées sur l’Hospitalisation à domicile, l’évaluation des risques a priori, l’identification du patient ou les activités d’endoscopie. La recommandation sur la médecine nucléaire a également été levée.
Un plan d’action sur l’ensemble de ces décisions (réserves et recommandations) sera adressé à la HAS en mai.
Fort de la dynamique insufflée par de la visite de suivi, le CHU de Caen entend continuer à améliorer ses pratiques, et pérenniser son dispositif de maîtrise des risques. Concernant sa situation financière, le CHU s’engage à poursuivre son redressement et sa refondation, avec rigueur et détermination.
 
Reseau-CHU

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.