Cette étude de Harvard, qui vient compléter une autre recherche du même institut, démontrant qu’un apport alimentaire trop important d’acides gras saturés nuit à la fertilité masculine. Il s’agit ici de sédentarité ou du manque d’exercice physique, qui vont, de la même manière « jouer » contre la qualité du sperme et donc réduire la fertilité masculine. Déjà publiés en février dernier, dans la revue British Journal of Sports Medicine, ces résultats viennent d’être présentés, dans leur ensemble, à la Réunion de l’International Federation of Fertility Societies de Boston.
Santelog.com, la communauté des professionnels de santé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.